PlanétologieUne

Les tectites de Côte d’Ivoire, un trésor scientifique en territoire aurifère

Les tectites sont des verres d’impact qui sont éjectés à plusieurs centaines, voire milliers de kilomètres lors d’un impact météoritique. Ces objets sont rares et recherchés par les scientifiques qui s’intéressent aux crises environnementales lors des collisions d’astéroïdes avec notre planète. Une étude, réalisée dans le cadre d’une coopération internationale1 dont le laboratoire Géosciences Environnement Toulouse (GET/OMP), révèle de nouvelles découvertes au sein du champ de tectites le moins connu au monde situé en Côte d’Ivoire. Découvert en 1935, ce patrimoine scientifique exceptionnel était resté inexploré depuis les années 60 et seulement une petite centaine de spécimen étaient répertoriés dans le monde.

Un doctorant Ivorien, Pétanki SORO, a repris le flambeau des explorateurs du passé, et a effectué 6 missions de terrains dans le centre-est de la Côte d’ivoire. Cette exploration a permis la découverte de 174 nouveaux spécimens, tout en révélant que le champ de tectites s’étend au moins sur 4100 km2 au lieu des 1500 km2 délimités par les travaux passés. Certains de ces spécimens s’avèrent de composition chimique hors norme et leur étude permettra de mieux comprendre le processus de formation des tectites.

L’essentiel de ces tectites a été retrouvée auprès des villageois, ces objets étant parfois conservés par leur propriétaire depuis des dizaines d’années, tandis que le souvenir des missions d’exploration passées était encore présent parmi les plus anciens.  L’exploration se déroule dans un territoire affecté par une activité minière artisanale dédiée à la recherche de l’or. Les artisans miniers, ainsi que les agriculteurs, ont donc été informés de la nature de ces objets au cours de rencontres avec les autorités villageoises, ce qui a permis ensuite de récupérer, sur une période de quatre ans, un grand nombre de spécimens.

Carte de localisation des nouvelles trouvailles de tectites (dans l’ellipse rouge) par rapport aux trouvailles historiques (dans l’ellipse bleue), les cercles correspondent à la distance au cratère source au Ghana. © P. Soro

Laboratoires CNRS impliqués

Laboratoire Géosciences Environnement Toulouse (GET – OMP). Tutelles : CNRS / CNES / IRD / Université Toulouse III Paul Sabatier

Centre européen de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement (CEREGE – PYTHEAS). Tutelles : AMU / CNRS / IRD / INRAE


Publication

Revisiting the Côte d’Ivoire tektite strewn field, Soro P., Rochette P., Baratoux D., Kouamelan A.N., Andrieu V. & Monda O., Journal of African Earth Sciences, (2023). DOI : 10.1016/j.jafrearsci.2023.104990


Contact

David Baratoux, chercheur IRD au Laboratoire Géosciences Environnement Toulouse (GET/OMP) – Mail : david.baratoux@ird.fr

Pierre Rochette, Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (CEREGE) / OSU Pythéas – Mail : rochette@cerege.fr

Petanki Soro, Doctorant de l’Université Aix-Marseille au Centre européen de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement (CEREGE – PYTHEAS) – Mail : soro@cerege.fr


Note

1 Universités Houphouët-Boigny d’Abidjan, d’Aix-Marseille et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).


Source CNRS INSU

X