ClimatologieUne

Réviser les projections sur l’asséchement des continents à la hausse

Au-delà de l’augmentation des températures, les impacts du changement climatique se manifestent le plus souvent via des modifications du cycle de l’eau1 . L’assèchement potentiel des continents, sous l’effet d’une demande évaporative croissante2 , représente ainsi une menace de premier ordre qui ne figure nulle part dans l’accord de Paris malgré la réponse incertaine des divers processus mis en jeu dans les modèles de climat. Mieux quantifier ce risque est néanmoins crucial à la fois pour dimensionner les mesures d’adaptation (secteurs agricole et forestier, lutte contre les incendies) et évaluer la faisabilité de certaines mesures d’atténuation. C’est l’objet d’une étude d’une équipe de scientifiques du Centre national de Recherches Météorologiques (CNRM/OMP),  portant sur l’humidité relative de l’air à la surface des continents et indiquant que la moyenne globale de l’assèchement projeté au cours du 21ème siècle doit être revue à la hausse.

Basée sur deux générations de modèles et sur des mesures in situ disponibles depuis 1973, l’étude souligne que cette sous-estimation concerne notamment les moyennes latitudes de l’Hémisphère Nord (en moyenne annuelle, et plus encore en été). Elle confirme et élargit les conclusions d’une étude préalable portant sur la période 1979-2014. Les résultats montrent par ailleurs que l’assèchement observé est bien d’origine anthropique, et que les modèles qui reproduisent le mieux les tendances observées projettent un réchauffement et un assèchement plus marqués que la moyenne des modèles jusqu’à la fin du 21e siècle, et ce quel que soit le scénario d’émissions envisagé.

Cette étude pose de nouvelles questions concernant les raisons du hiatus entre les tendances récentes observées et simulées (rétroactions liées aux surfaces continentales, incapacité des modèles à reproduire la répartition géographique du réchauffement océanique observé, sous-estimation de la variabilité interne) et les conséquences éventuelles d’un tel assèchement pour les écosystèmes et leur capacité à absorber une partie de nos émissions résiduelles de carbone d’ici 2050. 

Assèchement et réchauffement de surface additif après sélection des modèles CMIP6 montrant les assèchements les plus réalistes sur la période récente. Les différences de précipitations et d’évapotranspiration associées sont également illustrées.© Douville and Willett (2023)

Laboratoire CNRS


Publication

A drier than expected future, supported by near-surface relative humidity observations, Douville H. & K. Willett (2023), Science Advances (2023). DOI: 10.1126/sciadv.ade6253


Contact

  • Hervé Douville, chercheur Météo-France au Centre national de Recherches Météorologiques (CNRM/OMP) – Mail : herve.douville@meteo.fr

Notes

1 Donnant lieu à 60 % des mesures d’adaptation recensées dans le dernier rapport du GIEC.

2 Augmentation du déficit de vapeur d’eau, c’est à dire diminution de l’humidité relative.


Source CNRS INSU

X